mardi 1 octobre 2019

Thibault Damour, Ondes gravitationnelles et trous noirs




Thibault Damour 
Ondes gravitationnelles et trous noirs
CNRS
Les grandes voix de la recherche
2019
 
 
Présentation de l'éditeur
En novembre 1915, Einstein finalise sa très révolutionnaire Théorie de la Relativité générale qui postule que l’espace est une structure élastique, déformée par la présence en son sein de masse ou d’énergie. Deux masses en mouvement l’une par rapport à l’autre vont engendrer une onde de déformation de l’espace, appelée « gravitationnelle ».
Une telle onde, arrivant sur Terre, cause une fluctuation de la distance entre les objets. Bien que l’effet soit très difficile à observer, des détecteurs ont pu être construits, dont les dimensions s’étendent sur plusieurs kilomètres. Le 14 septembre 2015, une onde gravitationnelle a enfin été observée. La comparaison entre cette observation et les prédictions tirées de la théorie d’Einstein a montré que cette première onde avait été émise par la coalescence de deux trous noirs, situés à 1 milliard d’années-lumière. Outre la considérable prouesse technique, fruit d’une collaboration internationale d’une rare ampleur, c’est une nouvelle fenêtre d’observation de l’Univers qui s’ouvre.
 
 
 

lundi 9 septembre 2019

vidéo: Michel Tognini et Hélène Courtois, Explorateurs de l'espace. Voyage aux frontières de l'univers





Michel Tognini et Hélène Courtois 
Explorateurs de l'espace
Voyage aux frontières de l'univers
Dunod
2019


Présentation de l'éditeur
Alors que nous fêtons le cinquantenaire des premiers pas d’un homme sur la Lune, l’exploration spatiale est devenue pour l’humanité un nouvel enjeu de civilisation. Retourner sur la Lune est au cœur de la stratégie des plus grandes agences spatiales. Au-delà, c’est le voyage vers Mars ainsi que la découverte de milliers d’exoplanètes qui stimulent les rêves les plus fous. Comment y aller ? Les défis à relever, humains et technologiques, sont immenses. L’astronaute Michel Tognini et l’astrophysicienne Hélène Courtois explorent ici les difficultés d’un vol habité vers les confins du Système solaire.
 




dimanche 2 juin 2019

audio: Michel Chion, Des sons dans l’espace. À l'écoute du space opera



Plan large par Antoine Guillot, 01.06.2019


Michel Chion
Des sons dans l’espace
À l'écoute du space opera
Capricci
2019 


Présentation de l'éditeur
Dans l’espace, au-delà de la mince pellicule d’atmosphère terrestre, il n’y a pas de son.
Que font alors les nombreux films qui s’y déroulent, pour respecter ou contourner cette loi scientifique, et ne pas être silencieux ?
De La Femme sur la Lune de Fritz Lang à First Man en passant par Alien, Gravity, Interstellar ou encore 2001, l’Odyssée de l’espace, ce livre revisite sous l’angle inédit du son le genre du space opera. Il veut aussi donner l’idée d’une histoire du cinéma qui ne serait pas refermée sur elle-même, mais baignerait dans une histoire plus grande – celle des connaissances, de la science et des techniques, des conceptions de l’Univers et de l’aventure humain.
Compositeur de musique concrète, né en 1947, Michel Chion est aussi l’auteur d’une trentaine d’ouvrages sur le cinéma, le son et la musique.

mardi 2 avril 2019

audio: Françoise Combes, Le Big Bang


La Tête au carré, par Mathieu Vidard, 14 mars 2019




Françoise Combes
Le Big Bang 
PUF
Que sais-je?
2019


Présentation de l'éditeur
De nombreuses observations confirment la théorie du « Big Bang », selon laquelle l’Univers a commencé dans un état extrêmement chaud et concentré. L’étude du fond cosmologique micro-onde, le plus ancien rayonnement électromagnétique que nous connaissions, a permis de mettre en évidence que l’Univers a connu d’infimes fluctuations de densité 380 000 ans après le Big Bang. Ce sont ces fluctuations qui ont donné naissance aux galaxies. Aujourd’hui, nous savons avec certitude que l’Univers est en expansion. Les galaxies s’éloignent les unes des autres à une vitesse proportionnelle à leur distance : c’est la loi de Hubble-Lemaître.
Mais l’expansion s’accélère. En cause : une mystérieuse énergie noire. Pour l’expliquer – et donc unifier relativité générale et physique quantique –, certaines hypothèses postulent que notre Univers ne serait qu’un parmi d’autres multivers.
Un surprenant voyage dans l’espace, et donc… dans le temps !
Professeur au Collège de France, membre de l’Académie des sciences et astrophysicienne à l’Observatoire de Paris, Françoise Combes s’intéresse à l’histoire de l’Univers et des galaxies. 



dimanche 10 février 2019

vidéo: Jean-Philippe Uzan. Big-bang. Comprendre l'univers depuis ici et maintenant

Jean-Philippe Uzan
Big-bang 
Comprendre l'univers depuis ici et maintenant 
Flammarion
2018

Présentation de l'éditeur
L’univers aurait 13,7 milliards d’années, lit-on souvent. Mais que signifie une telle affirmation? Implique-t-elle que l’univers a une origine? Comment penser ce big-bang primordial?
Dans cette synthèse magistrale, Jean-Philippe Uzan nous invite à comprendre la construction du modèle du big-bang, cette théorie qui vise à décrire l’univers et son histoire. Il détaille les hypothèses théoriques et les observations sur lesquelles ce modèle repose. Au fil des pages se dessine un extraordinaire échafaudage qui, en un siècle, a bouleversé notre représentation du cosmos comme de l’espace et du temps.
Or la cosmologie se trouve à un moment charnière : alors que les satellites et les télescopes géants se multiplient, que les fenêtres d’observation s’ouvrent vertigineusement – ondes gravitationnelles, neutrinos –, les médias font leur une sur des scénarios pour le moins spéculatifs. Il devient ainsi urgent de clarifier les questions auxquelles la science prétend répondre, celles qui ne sont pas encore tranchées – la matière noire, l’inflation, etc. – mais aussi celles qui restent en dehors de son champ explicatif. Voilà l’ambition de cet ouvrage qui, tout en célébrant l’une des plus belles théories jamais élaborées par l’esprit humain, démêle finement mythe et savoir.

Physicien théoricien, spécialiste de cosmologie et de gravitation, Jean-Philippe Uzan est directeur de recherche au CNRS. Il travaille à l'Institut d'astrophysique de Paris.
 




jeudi 7 février 2019

vidéo: Roland Lehoucq, J. Sébastien Steyer, La science fait son cinéma


Roland Lehoucq
J. Sébastien Steyer
La science fait son cinéma
Le Bélial'
Parallaxe
2018


Présentation de l'éditeur
Défier les lois de la physique avec Ant-Man, et celles de l’anatomie avec Godzilla. S’aventurer aux abords d’un trou noir… et y plonger avec Interstellar. Communiquer avec les aliens comme dans Premier Contact. Se retrouver seul sur Mars et tenter d’y survivre. Étudier Prometheus et s’interroger sur l’origine et l’évolution des espèces extraterrestres… Ici, Roland Lehoucq, astrophysicien au CEA, et Jean-Sébastien Steyer, paléontologue au Muséum national d'histoire naturelle de Paris et au CNRS, ne cherchent pas à démolir le septième art et son rapport à la science, mais bien à enrichir le regard du lecteur en traitant du contenu scientifique d’une quinzaine de films. Plus que le résultat, c’est la démarche qui importe : mobiliser ses connaissances, s’informer, faire preuve d’esprit critique, développer sa capacité d’analyse, goûter au plaisir de la découverte. Et, surtout, faire de la science en s’amusant !
 

lundi 28 janvier 2019

audio: Alain Connes, Le Spectre d'Atacama (avec Danye Chéreau et Jacques Dixmier), et en complément Alain Connes, La musique des formes


*
Autour de la question par Caroline Lachowsky, 5 février 2018


Alain Connes, La musique des formes, Rencontres Science et Humanisme, 19 juillet 2012  

Colloque La vie des formes, Collège de France 13 octobre 2011 


Alain Connes, Danye Chéreau, Jacques Dixmier 
Le Spectre d'Atacama
Odile Jacob
2018

Présentation de l'éditeur
Ce roman nous invite à partager la quête de la vérité dans la peau d’un scientifique, d’une physicienne rescapée d’un séjour quantique et d’un as de l’informatique. Chemin faisant, le lien entre espace et musique se révèle, avec Messiaen et son Quatuor pour la fin du Temps, avec les spectres mystérieux captés par l’observatoire d’Alma au Chili.

À l’aléa du quantique vont se mêler celui, rebelle, des nombres premiers et celui des topos du grand mathématicien Alexandre Grothendieck, dont on écoutera les motifs. Le diable aussi jouera son rôle. Il sévit dans le machine learning qui l’emporte au jeu sans que l’on puisse comprendre pourquoi.

Qui gagnera la partie ?

Alain Connes est mathématicien, professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d’Analyse et Géométrie, membre de l’Académie des sciences et de plusieurs académies étrangères, dont la National Academy of Sciences des États-Unis. Il a obtenu la médaille Fields en 1982.

Danye Chéreau a une formation littéraire. Les surprises de la vie lui ont permis de découvrir le milieu scientifique et le monde des chercheurs sur lesquels elle porte un regard toujours curieux, amusé et attendri.

Jacques Dixmier a professé aux universités de Toulouse, de Dijon et de Paris. Il est mathématicien « pur », mais certains de ses domaines de recherche (algèbres d’opérateurs, représentations des groupes, algèbres enveloppantes) sont utiles en mécanique quantique. Il a aussi publié des nouvelles de science-fiction.